fruits rouges, aliments, anti inflammatoires, pro inflammatoires, sans gluten, laitage, naturopathie, photographe culinaire
Endométriose Naturo SII

Les aliments anti-inflammatoires

Si vous avez lu les articles qui m’ont poussé à ouvrir ce blog sur le syndrôme de l’intestin irritable et sur l’endométriose, alors voici une des clés de votre boîte pleine de médocs : les aliments anti-inflammatoires.

Pour reprendre la célèbre phrase : « Fais de ton alimentation ton médicament pour que les médicaments ne deviennent pas ton alimentation ».

Les phénomènes inflammatoires

Dans ma longue carrière de malade chronique, j’ai fait des observations, mais aussi des rencontres avec des professionnels de la santé, qui m’ont orientée vers ce constat : le SII et l’endométriose, comme un grand nombre de maladies, sont des maladies inflammatoires, c’est-à-dire qu’elles provoquent une inflammation (des intestins, des tissus etc). Quand on a un terrain inflammatoire, certains évènements naturels non pathologiques sont également des périodes à tendance inflammatoires.

Par exemple les règles, et par exemple l’ovulation.

C’est ce que j’appelle les phénomènes inflammatoires.

De mon côté, j’ai aussi les tendons des muscles qui sont douloureux en hiver, par froid et humidité, c’est aussi un phénomène inflammatoire.

Mais comment éviter de se taper deux boîtes d’ibuprofène par mois pour éviter ça ?

De l’alimentation ton médicament tu feras

Il existe des aliments qui sont donc pro-inflammatoires, c’est-à-dire qu’ils favorisent l’inflammation existante. En somme, c’est comme mettre de l’huile sur le feu.

Il est bon de les connaître, pour justement les éviter pendant les périodes sensibles.

Liste d’aliments pro-inflammatoires

  • La viande rouge industrielle et la charcuterie
  • Le lait de vache et dérivés lactés (sauf les fromages au lait cru et les fromages à pâte dure affinés depuis plus de 3 mois)
  • Le sucre
  • Le gluten (je vous explique tout dans Gluten, mode d’emploi)
  • Les acides gras trans (huiles végétales hydrogénées contenues dans les plats préparés, les plats frits, les viennoiseries, les sauces, les gâteaux, pâtes à tartiner, huile de palme…)
  • Les huiles végétales de cuisson à base de grains ou de pépins comme l’huile de soja, tournesol, maïs, sésame etc. Non pas à cause des grains eux-mêmes mais à cause des solvants que l’on y ajoute pour les extraire.
  • L’alcool (évidemment)

Je vois vos têtes d’ici : « mais on ne peut plus rien manger ! »

Personne ne vous a demandé de tout arrêter du jour au lendemain et de devoir sortir la tente de camping dans le magasin pour cause de lectures à rallonge des étiquettes.

Pour ma part, j’ai abandonné le gluten il y a 3 ans, dont j’ai vu les résultats au bout de deux semaines, et j’ai laissé tombé le lait de vache pendant 1 an pour reprendre petit à petit seulement en période non-sensible (donc pour moi hors ovulation et hors période pré-menstruelle et menstruelle).

Oui, vous allez devoir apprendre à lire les étiquettes (et d’ailleurs j’ai un super bouquin à vous conseiller pour apprendre à distinguer les petits pièges de l’alimentation industrielle), et oui, vous allez devenir un expert rapidement. Sur les étiquettes, les allergènes (comme le gluten ou farine de blé, soja, lactose ou lait, noix etc) sont indiqués en gras, de sorte qu’on les repère vite.

Pour le reste, vous allez réapprendre à manger, avoir les bons réflexes cuisine, et il se pourrait bien que vous découvriez de nouveaux aliments !

Comme il existe des aliments inflammatoires, il existe aussi des aliments anti-inflammatoires, et ça, c’est vraiment cool.

Liste des aliments anti-inflammatoires

  • Le roi dans ce domaine : le curcuma
  • Les aliments riches en oméga 3 (comme les poissons gras type sardines, maquereaux hareng saumon etc, ainsi que les huiles de fruits à coque comme l’huile de noisette, de lin, noix)
  • Les graines de lin broyées
  • Les fruits rouges
  • Les légumes frais (attention, certains sont peu recommandés pour le SII : notamment les crucifères (brocolis, choux…) et les légumes à feuilles vertes
  • Le thé vert
  • Le gingembre
  • Les graines de chia
  • La spiruline
  • L’ananas et la papaye
  • La cannelle
  • Le basilic frais
  • La camomille

La liste est encore longue mais vous avez déjà de quoi faire !

Si vous n’aimez pas trop les fruits et légumes, je vous conseille d’en faire des jus, ça passe mieux et c’est rapide.

N’oubliez pas que tout ne se fait pas du jour au lendemain et surtout surtout, qu’il s’agit d’une hygiène de vie, non d’un médicament !

Ce n’est pas en gobant une framboise comme un cachet que vous règlerez son compte à votre inflammation, c’est plutôt une habitude à prendre qui réduira sur le long terme vos inflammations.

Autre point à préciser : je vous encourage à manger des produits bio et locaux (au moins français), de sorte de réduire également les toxiques ingérés par l’organisme.

Le must du must : cultiver son propre potager !

«

»

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *